Gros plan avec l’ambassadeur des athlètes Kye Petersen

Posté le : Novembre 19th, 2018 by Protégez nos hivers Canada

Dans le deuxième volet de notre série Up-Close, Kye Petersen parle à Anna Segal de son enfance dans la mer pour Ciel, changement climatique dans son jardin et rumeurs de création d'une nouvelle entreprise. Crédits photos à Athan Merrick et Jia Condon.

 

Faits rapides: Skieur professionnel, né à Whistler, vivant actuellement à Pemberton, en Colombie-Britannique

 

Quel est votre objectif en vous impliquant dans Protect Our Winters Canada ? Mon objectif est simplement de sensibiliser à la crise mondiale du changement climatique et, en particulier, aux problèmes environnementaux locaux à grande échelle de la Colombie-Britannique et du Canada qui doivent être combattus afin de voir des changements.

 

Vous êtes né et avez grandi dans la région Sea to Sky et avez été plus exposé aux montagnes de cette région que la plupart des habitants deux fois plus âgés que vous. Quels sont les plus grands changements que vous avez remarqués en montagne ? C’est une question difficile dans le sens où il y a tellement de changements qu’il est difficile de dire lequel est le plus important. La réponse la plus simple et la plus large est la disparition des glaces et des neiges du Névé.

Nous avions l’habitude de voir de grandes quantités de neige tomber à un rythme constant tout au long de l’hiver et s’accumuler. Nous avons maintenant de grandes fluctuations de températures, froides et chaudes. Les températures prolongées en dessous de la saison avec des vents extrêmes venant du nord se poursuivent désormais pendant des périodes anormalement longues et surviennent plus souvent. De plus, nous constatons des températures encore plus chaudes et extrêmes qui arrivent plus tôt que la normale au printemps. Ces systèmes à haute pression permettent aux montagnes de fondre et de s'effondrer, ce qui permet au manteau neigeux de fondre plus rapidement que la normale.

Tout cela tend à rendre notre manteau neigeux plus dangereux et moins consistant. Au printemps, nous avions l'habitude de voir la neige adopter une configuration isotherme (températures de l'air inférieures à zéro la nuit et soleil diurne qui réchauffe la surface au-dessus de zéro). Cela a permis à la neige de l’hiver de se transformer en neige de fougère au printemps et en été, pour finalement se transformer en glace glaciaire. Cependant, plus récemment, nous avons vu des températures au-dessus de zéro pendant les nuits de printemps et d'été, ce qui a permis aux glaciers de reculer plus rapidement que jamais.

L'un des autres changements les plus importants que nous constatons est qu'à basse altitude dans les vallées, où nous avons toujours eu de la neige lorsque nous étions enfants, la neige retient désormais rarement la neige qui dure tout au long de notre saison de ski. Avec tous ces changements, nous voyons nos saisons de printemps et d'automne disparaître et nous avons juste une saison d'hiver avec des variations sporadiques de températures chaudes et froides qui se transforment brusquement en été. Puis, au milieu de l’été, les glaciers, les sommets et les forêts sont si secs qu’ils ne peuvent pas se rétablir.

Les étés sont plus secs à tel point que nous avons des incendies dans les forêts tropicales de la côte Ouest qui n'avaient jamais brûlé auparavant il y a cinq ans, et des chutes qui connaissent des inondations extrêmes et des tempêtes de verglas que nous n'avions jamais vues non plus. Dans l'ensemble, « temps extrêmes » est l'expression à utiliser pour ces changements.

 

L’année dernière, nous avons eu un hiver que beaucoup qualifieraient d’épique. Pourtant, cela a été suivi d'un été de  des vagues de chaleur et des incendies de forêt dévastateurs dans la région. Ces conditions météorologiques vous semblent-elles normales ? Non. Il y a trois ans, c'était la première fois au cours de mes 29 années sur cette planète que nous voyions de la fumée provenant d'incendies de forêt autour de la côte. Depuis, chaque été, nous vivons presque un mois tellement enfumé que vous ne pouvez même pas faire une balade à vélo. Mais en ce qui concerne la saison hivernale dernière, je ne dirais pas qu'elle a été épique… nous avons eu un bon départ et quelques grosses tempêtes sporadiques, mais aucune régularité. Nous avions l'habitude de voir une ou peut-être deux sorties de l'Arctique, d'une durée de 3 à 4 jours, qui créaient un temps froid et venteux et divisaient la neige. Mais l’année dernière, nous avons eu au moins quatre écoulements vers l’Arctique et ils sont restés jusqu’à deux semaines à la fois. Cela rendait très difficile pour la neige de se lier aux pentes raides des zones alpines. De plus, notre manteau neigeux était inférieur à la normale. Au cours des dernières années, peu importe les grosses décharges que nous avons eues ou la profondeur du manteau neigeux, la neige a fondu tôt en raison des premiers systèmes anticycloniques du printemps. Les dernières bonnes saisons dont je me souviens, qui m'ont rappelé l'époque, étaient les hivers de 2009/2010 et 2011/2012. Ces saisons ont été épiques.

Nous skiions la poudreuse sur les faces Nord jusqu'en avril, mai et même jusqu'au 1er juin.st, mais plus récemment, nos grandes crises surviennent début avril, lorsque le premier grand cycle de haute pression frappe maintenant. Je pense que la plus grande idée fausse concernant le changement climatique est que tout est chaud ; c'est faux parce que tout cela est extrême. Par exemple, nous avons eu l’un des mois de septembre les plus pluvieux de l’histoire autour de chez moi, mais nous avons également eu le mois d’août le plus sec de tous les temps. Quand j'étais un jeune enfant, il pleuvait régulièrement tout l'été à Whistler, mais pas autant sur une courte période. Et pendant l'hiver, quand nous étions enfants, nous avions l'habitude d'avoir quelques longues anticyclones qui restaient ensoleillées et froides avec un vent du sud, alors que maintenant je peux compter sur une, pendant les journées ensoleillées, nous avons maintenant de la neige poudreuse froide. C'est juste extrêmement humide à extrêmement sec ; des décharges extrêmes aux sécheresses extrêmes.

 

Avez-vous apporté des changements à votre mode de vie au cours des 5 dernières années qui ont été motivés par la durabilité environnementale ? Oui, dans de nombreuses façons dont je vis au quotidien. Principalement ce que je consomme comme nourriture, comment je voyage et les matériaux que j'achète. Par exemple, je réfléchis davantage à la provenance des choses et à ce qu’il est vraiment nécessaire de posséder, d’utiliser ou d’abuser. De plus, il y a beaucoup de choses que j'ai faites en grandissant, auxquelles certaines personnes qui n'ont pas grandi dans les montagnes pourraient ne pas penser, comme simplement ne pas trop consommer, réutiliser, recycler, reconstruire au quotidien et ne laisser aucune trace pendant mon séjour. la nature sauvage, etc. Nous avons tous une empreinte et savoir de quoi il s'agit nous aidera chacun à la diminuer. J'apprends, j'évolue et je soutiens constamment ce qui est à l'avant-garde de la durabilité et des ressources renouvelables. Aucun de nous n’est parfait et il y a beaucoup de choses dans nos vies qui sont mauvaises pour l’environnement. Nous pouvons facilement changer certaines de ces choses, d’autres nous pouvons conspirer pour les changer à l’avenir et il y en a d’autres que nous ne pouvons tout simplement pas contourner. Mais je pense que savoir ce que nous pouvons tous changer en tant qu'individus et en être simplement conscients est ce qui va changer le monde, en supposant que le monde suive. La liste est longue, mais la conscience de tout ce qui est utilisé et consommé, et de ce qui y est contenu, est la clé.

 

La rumeur court que vous démarrez une nouvelle entreprise. La durabilité a-t-elle joué un rôle dans la fabrication et les matériaux que vous choisissez d'utiliser ? Oui, tout à fait. Le type d'entreprise que je crée n'est toujours pas public, mais notre devise est de « construire le meilleur produit, mettre en œuvre de nouveaux designs, formes et matériaux dans le but de réduire notre impact sur la planète et d'améliorer la qualité de conduite. » sur la neige ». Il s’agit donc d’abord de créer le meilleur produit possible, puis de trouver comment le faire avec le moins d’impact possible. Nous sommes un petit groupe et une petite entreprise qui visent à garder tout local.

 

Lorsque vous choisissez de vous associer à différentes marques en tant qu’ambassadeur ou athlète sponsorisé, votre éthique environnementale compte-t-elle ?  Oui, bien sûr, en grand. Maintenant plus que jamais parce que j’en ai les moyens. Mais en même temps, je dois gagner ma vie. Je n'ai pas d'argent familial, ni d'éducation formelle ou autre carrière sur laquelle m'appuyer. Il m'est donc arrivé de devoir accepter des chèques de marques avec lesquelles je n'étais pas nécessairement d'accord sur la manière dont certaines parties de leur activité étaient gérées. J'essaie de prendre cela en main pour avoir plus de contrôle. C'est pourquoi je travaille avec des entreprises comme Patagonia, en qui je crois profondément. De plus, créer mes propres marques et projets de films me donne plus de contrôle créatif, ainsi que le contrôle de notre empreinte environnementale.

Laissez un commentaire