Passer la navigation

WEWENI BIMIBATOO | COURIR EN DOUCEUR

 

Quand Melissa Arnott parle Anishinaabemowin, toute la salle écoute. Même si nous ne le comprenons pas, il y a un pouvoir dans cette langue. Ses flux et ses staccatos. Sa méconnaissance est frappante, bien qu’il s’agisse de l’une des langues les plus anciennes d’une région que nous connaissons si bien.

Melissa est une Anishinaabe de la nation Ojibway, mère de deux jeunes enfants et survivante de la «Scoop des années soixante.» Ce tristement célèbre programme gouvernemental a dépouillé les enfants autochtones de leur identité culturelle en les retirant de force de leur famille et de leur communauté, et en les adoptant dans des familles à prédominance blanche partout en Amérique du Nord et, dans certains cas, à l’échelle internationale.

Il y a six ans, elle a déménagé sur les terres et territoires non cédés du Sḵwx̱wú7mesh Úxwumixw, en Squamish. Ici, elle s'est impliquée dans Femmes autochtones en plein air (IWO), une organisation à but non lucratif gérée par des bénévoles qui offre un espace permettant aux femmes autochtones s'identifiant elles-mêmes et à celles du continuum de genre de se rassembler et de se sentir en sécurité sur la terre.

En discutant avec Melissa, vous ressentez instantanément sa passion pour ce groupe. L'importance que cela apporte à elle et aux autres membres de sa communauté. Cela l'a aidée à renouer avec elle-même, sa culture et sa relation avec la terre.

Comme le dit Melissa, « nous voulons que les femmes autochtones soient des leaders dans l’industrie du plein air, qu’elles récupèrent le leadership matriarcal et qu’elles soient confiantes dans le partage de leurs connaissances et de leur lien avec la terre ».


Cette relation à la terre constitue l’un des principaux tenants de IWO. Il y a une valeur incommensurable à se connecter au lieu dans lequel vous vivez, travaillez et vous récréez. En tant qu'amoureux du plein air, il est nécessaire de changer notre perspective et de considérer la terre comme des « terrains de jeux » extérieurs, des lieux qui existent pour nous servir ; mûr pour l’extraction ou la conquête. Nous devons plutôt les considérer comme des lieux qui méritent vénération et protection.

Et bien que forte maintenant, cette relation a connu des hauts et des bas à certains moments dans la vie de Melissa.

« Quand j'étais enfant, j'étais profondément connecté à la Terre Mère (niimaamaa aki). J'ai passé une grande partie de mon enfance les mains dans la terre et les pieds dans l'eau. J'ai développé un immense respect et un amour pour elle et pour toutes nos relations au cours de cette période de ma vie ; elle a nourri ma curiosité et m'a montré l'importance de l'empathie qui a contribué à façonner la personne que je suis aujourd'hui.

«Au fur et à mesure que je devenais adolescente puis adulte, je passais moins de temps avec elle et, par conséquent, nous nous sommes séparés. Il y a eu une longue période de ma vie où je ne lui parlais plus et j'ai arrêté de l'écouter - nous sommes devenus des étrangers.

Son déménagement à Squamish a contribué à renouveler cette relation.

« Les terres de Squamish sont incroyablement époustouflantes, fascinantes et curatives. Alors que je commençais à passer plus de temps sur les sentiers parmi les grands cèdres rouges, les tapis de mousse et les eaux vives de la rivière Stawamus, j'ai recommencé à entendre et à ressentir les appels de niimaamaa aki (la terre mère).

« Niimiigwechiwendam (je suis reconnaissant) envers les peuples Sḵwx̱wú7mesh dont je suis un invité, car c'est sur leur territoire que ma guérison a commencé et que ma reconnexion à moi-même, à la terre et à ma culture anishinaabe a eu lieu.

C'est cette expérience profonde qui a conduit Melissa au développement de IWOle programme de trail running de . Un programme qui vise à démanteler les perceptions de ce qu'est la course à pied et de ce à quoi ressemble un coureur. Sa conviction est que les sports de plein air sont pour tout le monde ; de tous âges, formes, tailles et capacités. Il s'agit de bouger son corps pour se connecter avec soi-même, son environnement et avec les autres.

"Le trail m’a apporté tellement de choses et, à bien des égards, cela a changé ma vie. De là est née l’envie de démarrer un programme de trail running avec Indigenous Women Outdoors. Je voulais contribuer à créer un espace où les peuples autochtones : Premières Nations (inscrits et non inscrits), Métis et Inuits pourraient (re)connecter avec la terre et vivre leur propre expérience.

S'il est vrai que IWO est une organisation de plein air, sa mission va bien plus loin que l’athlétisme. Le sport n'est qu'un vaisseau. Son véritable objectif est de favoriser la communauté ; créer un espace sûr, accessible et sain pour ses membres. Trouver de la joie dans ces activités, pour les bonnes raisons.

Jill Patrick, une IWO coureur de trail aux racines N'Quatqua, St'át'yemc et chinoises, déclare : « Je ne fais du trail que depuis l'été dernier, lorsque je suis allé à mon premier Femmes autochtones en plein air course sociale. J'avais l'habitude de courir dans la vingtaine, quand tout était facile et que je pouvais réaliser un 5 km sans dormir, sans eau et sans nourriture. À l’époque, je courais sur la haine de moi-même. J'ai couru pour être mince. Pour me punir. Pour échapper à mon traumatisme et à mes mauvaises relations. Parce que je pensais que la douleur d'une femme autochtone est la seule chose que le monde attend d'elle.

« Courir avec IWO m'a donné la paix, le courage, un but et un sentiment d'appartenance. Cela m'apporte santé et joie. Vous ne pouvez pas vous détester et fuir sur terre. Vous devez le faire avec amour. Vous ne pouvez pas vous détester et courir avec ces femmes ; ils sont la quintessence de l’amour !

Isabelle Ranger, une IWO coureuse de trail renouant avec sa famille du Nunatsiavut, ajoute « la course est un médicament pour notre corps, en l'honneur de la terre, pour ceux qui ne peuvent plus courir et tous ceux que nous inspirons le long des sentiers. En courant ensemble, nous nous encourageons mutuellement et soutenons chacun de nos parcours uniques. Nous apprenons tellement de choses en courant et en partageons cela avec notre communauté grandissante de coureuses autochtones. Nous pouvons courir pour nos ancêtres, la terre et la communauté.

« Le trail m’aide à trouver cette connexion. Être sur la terre sans rien d’autre que mes deux pieds m’aide à trouver qui je suis censé être. -Jill Patrick

Cette responsabilité envers la terre est une valeur fondamentale de nombreux groupes autochtones, au Canada et partout dans le monde. Leurs connaissances approfondies en matière de gestion et de pratiques durables doivent être imitées et non négligées. En tant qu’êtres humains, nous devons nous considérer comme faisant partie des écosystèmes dans lesquels nous vivons, plutôt que de nous en séparer. Nous sommes intrinsèquement interconnectés avec notre environnement et notre planète. Ainsi, nos actions doivent être respectueuses de la terre. Réciproque de ses besoins. Ce n’est qu’alors que nous pourrons créer des comportements sains et durables. 

Comme le dit Melissa Arnott, « lorsque nous sommes déconnectés et dissociés du monde qui nous entoure, nous prenons et nous ne donnons pas. Une relation ne survivra pas si elle est unilatérale. Cela prospère dans le respect et la réciprocité.

En tant que personnes qui aiment passer du temps à l’extérieur, il est crucial de comprendre ce lien et de l’appliquer à la façon dont nous recréons.

« Notre nxékmen (loi) la plus fondamentale est : pala7míntwal̓ i ucwalmícwa múta7 ti tmícwa : « le peuple et la terre ne font qu'un ». Nous sommes la terre. Il en va de même pour notre langue, notre culture, nos chansons, nos proches, notre identité. Notre place est avec la terre. C’est pourquoi nous devons le protéger – parce que c’est nous. Quand nous avons la terre, nous avons tout ce dont nous avons besoin. Nous avons le devoir de protéger et de gérer la terre pour les sept générations avant et après nous », déclare Jill Patrick.

Mais avec les enseignements de groupes comme IWO À l’esprit, comment pouvons-nous nouer au mieux de nouvelles relations avec la terre ?

Ce n’est un secret pour personne que l’industrie du plein air peut être très intimidante, avec toutes sortes de contrôles. Il incombe à nous tous (en particulier aux colons) de supprimer ces barrières. Nous devons changer notre état d’esprit, être ouverts à de nouvelles approches et soutenir les groupes travaillant dans cet espace.

Jill Patrick déclare : « La communauté du plein air peut être plus inclusive en supprimant les barrières qui créent des espaces inaccessibles en premier lieu. Soutenez des organisations comme Indigenous Women Outdoors et d’autres pour créer des espaces sûrs et inclusifs pour les folx méritants d’équité. Tout n’est pas fait pour vous ; vous n'avez pas besoin de posséder ou d'expérimenter directement quelque chose pour en comprendre la valeur.

Une autre étape significative est de découvrir l’histoire des lieux de plein air que vous aimez, au-delà des perspectives purement coloniales. Leur signification. Leur signification. Leur Prénom (ou précoloniaux). Visitez des sites comme dont.la terre pour en savoir plus sur les terrains sur lesquels vous recréez. Ou envoyez un SMS au 1 (907) 312 5085, avec la ville et la province dans lesquelles vous vous trouvez pour recevoir des informations sur les terres autochtones à partir desquelles vous envoyez des messages.

« Les cartes, les noms des montagnes, les noms des plantes ont pour la plupart été renommés par les hommes d'après eux-mêmes lorsque les colons les ont « découverts ». Ceux-ci ont tous des prénoms prononcés, écrits et maintenant honorés sur les points de départ des sentiers, les noms de lieux et, espérons-le, bientôt sur les cartes. Les loisirs sont étroitement liés aux cartes, aux montagnes, aux rivières et aux noms de lieux, il est donc très important d’apprendre les noms de lieux autochtones. dit Isabelle Ranger.

« Et enfin, découvrez l’histoire et les systèmes qui maintiennent les peuples autochtones hors de leurs terres et sans lien avec leur langue ou leur façon d’être. Parlez-en, enseignez-le et changez-le. Comprenez le mouvement Land Back et comment vous pouvez y contribuer. Jill Patrick a ajouté.

Qu'il s'agisse de lutter contre le changement climatique, ou simplement de se retrouver, nous devons tous œuvrer pour parvenir à cette relation réciproque avec la terre. Reconnaître notre interconnectivité est essentiel, car cela modifie notre perspective, nous rappelant que nous devons protéger la nature afin de protéger nos écosystèmes, nos communautés et nous-mêmes.

Melissa Arnott a magnifiquement articulé ce concept :

« Quand je suis devenue mère, ma compréhension de la raison pour laquelle nous devons marcher doucement pour les générations futures est passée de quelque chose que je connaissais à quelque chose que je pouvais ressentir. Niimaamaa aki me parle quand les oiseaux chantent, quand les fleurs s'épanouissent, les baies mûrissent et quand les écureuils bavardent. Elle me rappelle que nous jouons tous un rôle.


Pour en apprendre plus sur Femmes autochtones en plein air programmation et comment vous pouvez soutenir l'organisation, veuillez visiter leur site de NDN Collective et Instagram .

RESSOURCES

Apprenez-en davantage sur la terre sur laquelle vous vivez, travaillez et recréez, l’histoire autochtone au Canada et la vérité et la réconciliation grâce aux ressources ci-dessous.

Le scoop des années 60 expliqué

Le scoop des années 60 - Il y a une vérité à dire

Petit oiseau: une mini-série sur le Scoop des années 60 et une femme qui retrouve sa famille.

Histoire des pensionnats indiens

Vérité et réconciliation 94 appels à l'action

Mouvement de retour à la terre

Dont.la terre

Panier de connaissances IPCA

Application Terre natale

Apprendre la terre

Continuer la lecture

En savoir plus

LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AVEC VOTRE EMAIL