Passer la navigation

COUCHES DE COMPLEXITÉ : CHANGEMENT CLIMATIQUE ET AVENIR DES AVALANCHES

Simon Horton

L’apprentissage des avalanches est un élément important des voyages hivernaux en montagne. Pour ceux qui aiment passer du temps dans l’arrière-pays, comprendre comment éviter les avalanches est l’effort de toute une vie. Et avec cela, beaucoup se demandent peut-être quels impacts le changement climatique pourrait avoir sur le manteau neigeux hivernal et les conditions avalancheuses.

 

Enquête sur une grosse avalanche dans les monts Purcell. Crédit photo : Mike Conlan et ASARC.

 

Couches de complexité

Les avalanches de neige sont causées par des interactions complexes entre les conditions météorologiques, la neige, le terrain et parfois les personnes. Bien que les bases de la façon dont les avalanches se produisent soient comprises, les détails sont incroyablement complexes. Les voyageurs de l'arrière-pays reconnaissent cette complexité en tenant compte du risque et de l'incertitude dans leurs décisions. Les nivologues gèrent cette complexité sous la forme d’ensembles de données désordonnés, de corrélations faibles et de conclusions incertaines. Par conséquent, lorsque nous examinons les études scientifiques sur le changement climatique et les avalanches, nous ne voyons pas encore de résultats clairs et concluants.

Climat contre météo

La première chose importante à reconnaître est que le principal moteur des avalanches est la météo, et non le climat.

Les avalanches résultent de couches de neige aux propriétés différentes. Ces propriétés évoluent constamment en réponse aux changements de précipitations, de température, d’humidité, de vent, de couverture nuageuse et de rayonnement solaire. Au cours de l’hiver, les conditions météorologiques telles que les tempêtes, les vagues de froid et les vagues de chaleur se traduisent par une structure du manteau neigeux en couches.

Les avalanches se produisent lorsqu'une couche structurellement faible subit une défaillance mécanique. Les causes possibles de défaillance sont les contraintes naturelles causées par les conditions météorologiques (par exemple, chutes de neige, réchauffement) ou le stress supplémentaire d'une personne, d'une motoneige ou d'une explosion. Lorsqu'une couche fragile se détache sur une pente suffisamment raide, la neige commence à glisser vers le bas et provoque une avalanche.

Les échelles de temps en heures, en jours et en semaines sont plus significatives pour les couches et les contraintes du manteau neigeux que les échelles de temps climatiques en années et en décennies. Cependant, les changements atmosphériques à long terme ont un impact sur les propriétés de base du manteau neigeux, ce qui peut avoir un impact sur les conditions avalancheuses globales et sur les loisirs d'hiver.

 

Mon travail avec le programme de recherche sur les avalanches de SFU utilise des modèles numériques pour suivre la façon dont les conditions météorologiques au cours de l'hiver donnent lieu à un manteau neigeux en couches. Cela permet de prédire l’emplacement, le moment et la taille des avalanches potentielles.

 

Etudes d'avalanches à long terme

Un défi supplémentaire est la difficulté de trouver des ensembles de données à long terme sur les avalanches. Les recherches existantes sur les impacts du changement climatique se concentrent sur les avalanches naturelles qui affectent les autoroutes et les villages, car ces types d'avalanches ont les meilleurs enregistrements à long terme. Cependant, la grande majorité des accidents dans l’arrière-pays sont dus à des avalanches déclenchées par l’homme et, à ce jour, aucune étude n’a envisagé la manière dont ces événements pourraient changer à l’avenir. Les enregistrements d'avalanches déclenchées par l'homme sont moins cohérents en raison des changements dans le nombre de personnes dans l'arrière-pays et de leur comportement en terrain avalancheux.

D'accord, alors que disent les études existantes ?

Après avoir reconnu la complexité de la prévision des avalanches, le fait que la météo est plus importante que le climat et le nombre limité d'études, les recherches existantes sur les avalanches et le changement climatique sont résumées dans un Rapport 2019 du GIEC sur les zones de haute montagne. Ce rapport met en évidence deux résultats principaux :

  1. Il y aura davantage d'avalanches de neige mouillée. En effet, la fonte des surfaces et les phénomènes de pluie sur neige deviendront plus fréquents à toutes les altitudes tout au long de l’hiver.

  2. À basse altitude, le nombre et la taille des avalanches diminueront. En effet, la couverture neigeuse globale devrait diminuer.


Les avalanches de neige mouillée se comportent différemment des avalanches de neige sèche. Les processus mécaniques de déclenchement sont différents et une fois en mouvement, ils se déplacent généralement plus lentement. Ils peuvent néanmoins être très destructeurs en raison de leur forte densité. Crédit photo : Raven Eye Photography.

 

Quels autres facteurs pourraient avoir un impact sur les futures conditions avalancheuses ?

Certains éléments indiquent que le changement climatique peut affecter les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les rivières atmosphériques et les périodes sèches prolongées. Comme tout événement météorologique, ceux-ci ont un impact à court terme sur les conditions avalancheuses, mais la séquence, l’intensité et la durée des événements météorologiques seront plus importantes que les événements individuels.

Pour en revenir à l’idée selon laquelle les avalanches sont causées par « la météo, la neige, le terrain et parfois les personnes », il existe d’autres facteurs qui pourraient influencer indirectement les avalanches. L'un est le terrain, par exemple les changements dans la glaciation et la couverture forestière modifieront le terrain où se produisent les avalanches (par exemple, retrait des glaciers, végétation poussant à des altitudes plus élevées, incendies de forêt). Un autre problème est le comportement humain. L'augmentation du tourisme et du développement dans les régions montagneuses pourraient accroître l'exposition des populations aux risques d'avalanche.

Conclusions

Pour les voyageurs de l’arrière-pays, les futures possibilités de loisirs seront affectées par une couverture neigeuse réduite et une neige plus mouillée que de poudreuse sèche. Cependant, la tendance des avalanches n'est pas claire, en particulier pour les avalanches déclenchées par l'homme. Les zones qui reçoivent des précipitations sous forme de neige continueront à connaître des avalanches, mais le degré de danger dépendra de la séquence spécifique des événements météorologiques sur des périodes plus courtes.

Voyagez en toute sécurité cet hiver et les hivers à venir !

Simon Horton

 


Ressources

 

Section bonus - Qu'en est-il du mauvais manteau neigeux dans l'ouest du Canada cette année ?

 

Au cours du dernier mois, de nombreuses personnes ont entendu parler de conditions avalancheuses dangereuses dans l'ouest du Canada. La structure du manteau neigeux, en particulier dans le Columbia et les Montagnes Rocheuses, est très faible, ce qui rend difficile les déplacements en toute sécurité dans l'arrière-pays. Ces conditions ont été décrites comme « une fois par décennie », avec des similitudes avec le mauvais hiver avalancheux de 2002-03. Ces conditions ont été causées par une séquence spécifique d’événements météorologiques :

  1. Chutes de neige inférieures à la moyenne en octobre et début novembre. Ce n'était pas extrêmement inférieur à la moyenne, mais à la fin octobre, de nombreuses régions avaient une teneur en eau de neige de 60 % par rapport à la normale.
  2. Des vagues de froid relativement longues en novembre et décembre ont formé des grains de neige gros et faibles. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un froid extrême (des températures plus froides ont été enregistrées au cours de 10 des 30 derniers hivers au Canada), mais de la température la plus froide enregistrée depuis 2017.
  3. Une série de tempêtes chaudes à la fin du mois de décembre a recouvert la neige faible d'une neige dense et abondante, créant une faiblesse structurelle généralisée.
  4. Des chutes de neige inférieures à la moyenne tout au long du mois de janvier ont empêché les couches fragiles de se renforcer et les ont maintenues dans la profondeur idéale pour le déclenchement humain. Au 1er février, de nombreuses chaînes de montagnes de l’ouest avaient 60 à 80 % de la teneur normale en eau de la neige.

Les conditions avalancheuses actuelles sont le résultat de cette séquence d’événements météorologiques, dont aucun n’est particulièrement extrême. Il est probable que ces conditions persisteront pendant une grande partie de l’hiver dans de nombreuses chaînes intérieures, mais ce qui se passera réellement dépendra des événements météorologiques localisés au cours des prochains mois.

Le Bulletin sur les conditions de neige et l'approvisionnement en eau de la Colombie-Britannique pour le 1er février, la plupart des chaînes de montagnes ont 60 à 80 % de la teneur en eau de la neige normale pour cette période de l'année.

 

 

À propos de l’auteur

Simon Horton est prévisionniste public d'avalanches chez Avalanche Canada et chercheur en avalanches au sein du programme de recherche sur les avalanches de l'Université Simon Fraser. Ses recherches explorent les façons dont les modèles météorologiques et de couverture neigeuse peuvent être appliqués pour comprendre les conditions du manteau neigeux en montagne. Il a complété son doctorat en mécanique des avalanches à l'Université de Calgary et a passé une décennie à développer un système de modèle opérationnel qui prédit les conditions avalancheuses dans l'ouest du Canada. L'un des principaux objectifs de son travail consiste à trouver des moyens efficaces de communiquer les résultats de modèles complexes et incertains à d'autres prévisionnistes d'avalanches afin qu'ils puissent relayer les messages de sécurité dans l'arrière-pays au public. Il est basé à Kimberley, en Colombie-Britannique, où il adore explorer les montagnes locales en ski, en vélo et en chaussures de course.

 

Continuer la lecture

En savoir plus

LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AVEC VOTRE EMAIL