Passer la navigation

ÉCO-ANXIÉTÉ ET BURNOUT DU PLAIDOYER

La crise climatique peut être extrêmement accablante. L’éco-anxiété et l’épuisement professionnel sont deux défis non seulement courants mais tout à fait compréhensibles compte tenu de l’état du climat. La mission de POW est de transformer les passionnés de plein air en défenseurs efficaces du climat. Comprendre ces émotions et apprendre à les gérer est une partie importante de ce voyage. Nous espérons que les informations et ressources suivantes seront utiles dans ce processus.  

 

Anxiété écologique

L’éco-anxiété est un état d’anxiété provoqué par la réflexion sur le changement climatique et l’avenir. L’éco-anxiété se manifeste généralement par de forts sentiments de perte, de colère, d’inquiétude et de désespoir face à la crise climatique. Dans les cas plus graves, cela peut entraîner des perturbations physiques telles que des crises de panique et des perturbations du sommeil, et contribuer au développement de la dépression. L’éco-anxiété peut être ressentie par toute personne ressentant un lien avec l’environnement. Cependant, ses effets se sont révélés plus prononcés chez les enfants et les jeunes adultes [1,2]. Des études récentes de l'Université de Bath ont révélé que près de 60 % des personnes âgées de 16 à 25 ans se sentaient « très inquiètes ou extrêmement inquiètes » à propos du changement climatique, et 45 % d'entre elles ont déclaré que ces sentiments avaient un impact sur leur vie quotidienne [3]. . Avec des liens culturels forts avec le monde naturel qui se perdent, les peuples autochtones constituent une population essentielle dans le débat sur l’éco-anxiété [1]. Il existe un manque notable de recherches sur l’éco-anxiété examinant la perspective autochtone. Nous espérons que davantage de recherches seront publiées à l’avenir, en particulier sur les jeunes autochtones particulièrement vulnérables. 

 

Épuisement du plaidoyer climatique

L'épuisement professionnel en faveur du climat implique l'épuisement émotionnel et physique associé au fait d'être un défenseur de l'action climatique et s'applique au personnel, aux bénévoles, aux membres et aux partisans de POW, ainsi qu'à toute autre organisation environnementale ou sociale. Cela peut entraîner un grave déclin du bien-être mental et physique. L'épuisement professionnel n'est pas un écart à court terme ou une mauvaise journée. Au contraire, cela se construit avec le temps et conduit à la perte de l’optimisme et de la motivation qui ont pu inciter à rejoindre le mouvement en premier lieu. Les signes d'épuisement professionnel comprennent des sentiments de désespoir, une diminution de la productivité, des maux de tête, de l'anxiété et de la dépression [4]. 

 

L’éco-anxiété peut également contribuer à l’épuisement professionnel en matière de plaidoyer. Les sentiments de désespoir écrasants associés à l’éco-anxiété peuvent faire dérailler de nombreux défenseurs du climat. L’épuisement du plaidoyer ne se limite pas au plaidoyer climatique. Cela s’étend à de nombreux types d’actions différents qui nécessitent beaucoup de travail émotionnel et un travail acharné pour transmettre un message.

 

Lutter contre l’éco-anxiété et l’épuisement professionnel

L’éco-anxiété et l’épuisement professionnel peuvent sembler intimidants et accablants. Il y a cependant deux choses importantes à retenir. Premièrement, ces sentiments et expériences sont courants et compréhensibles. Deuxièmement, il existe de nombreuses choses que vous pouvez faire pour prévenir et lutter contre l’éco-anxiété et l’épuisement professionnel en matière de plaidoyer. Ne vous sentez pas seul avec ces sentiments : beaucoup partagent les mêmes expériences. La recherche montre que l'un des meilleurs moyens d'atténuer ce stress est de s'impliquer dans une certaine forme d'action collective [5]. Impliquez-vous dans votre section POW locale, rejoignez un club de plein air ou plongez simplement dans la nature avec des amis. Les mouvements sociaux collectifs peuvent constituer une source d’espoir et d’autonomisation, ainsi qu’un sentiment de communauté alors que vous travaillez ensemble pour lutter pour un changement plus grand que vous. En vous souvenant de la force de la communauté plus large des défenseurs du climat, vous pouvez vous appuyer sur les forces de vos pairs et du collectif pour inspirer le changement et motiver les autres à faire de même [4,5]. Il est également essentiel de comprendre vos propres limites personnelles. Prendre le temps de vous détendre et de profiter des espaces pour lesquels vous vous battez aidera à prévenir l'épuisement professionnel. En tant que membre d’un mouvement plus large, vous n’êtes pas seul responsable de tout, et la décision de vous impliquer dans le plaidoyer climatique n’est pas tout ou rien. Toute contribution, petite ou grande, est inestimable dans la lutte pour un avenir durable. 

 

Rester optimiste et se concentrer sur ce qui peut être fait aide à apaiser les conversations potentiellement tendues autour de la crise climatique [6]. Si jamais vous vous sentez dépassé et sentez que votre santé mentale est affectée, demandez l’aide d’un professionnel. Il a été démontré qu'il s'agit d'une méthode très efficace pour atténuer certains des effets les plus graves de l'éco-anxiété et de l'épuisement professionnel [7]. Diverses ressources peuvent être trouvées et accessibles via les programmes fédéraux et provinciaux au Canada. Assurez-vous de vous familiariser avec l'aide qui est à votre disposition là où vous vivez. Le Centre canadien pour la santé mentale et le sport possède une bonne collection de ressources pancanadiennes. 

 

Pour conclure, nous espérons que les citations suivantes relatives à l’éco-anxiété et à l’épuisement professionnel en matière de plaidoyer pourront vous inspirer alors que vous poursuivez votre parcours en tant que défenseurs efficaces du climat. 

 

« … c'est parce que vous avez essentiellement deux choix. Un choix consiste à supposer le pire, et vous pouvez alors être assuré que cela se produira. L’autre consiste à supposer qu’il existe un certain espoir de changement, auquel cas il est possible que vous puissiez contribuer à provoquer un changement. Vous avez donc deux choix : l’un garantit que le pire va arriver, l’autre laisse la possibilité que les choses s’améliorent.»

- Le militant Noam Chomsky, en réponse à une question sur le choix de continuer à plaider en faveur du changement face à des résultats sombres [8]

 

« Ne vous épuisez pas. Soyez comme moi : un enthousiaste réticent… un croisé à temps partiel, un fanatique sans enthousiasme. Sauvez l’autre moitié de vous-même et votre vie pour le plaisir et l’aventure. Il ne suffit pas de se battre pour la terre ; il est encore plus important d'en profiter. Pendant que vous le pouvez. Alors qu'il est toujours là. Alors sortez et… promenez-vous là-bas et explorez les forêts, rencontrez le grizz, escaladez les montagnes, atteignez les sommets, courez les rivières, respirez profondément cet air pourtant doux et lucide, asseyez-vous tranquillement pendant un moment et contemplez le une tranquillité précieuse, cet espace charmant, mystérieux et impressionnant. Amusez-vous, gardez votre cerveau dans votre tête et votre tête fermement attachée au corps, le corps actif et vivant.

- Abbaye d'Édouard

 

Chapitre de Toronto - [email protected]

Recherche et rédaction par Marco Buttigieg

 

Bibliographie

[1] Coffey, Y., Bhullar, N., Durkin, J., Islam, MS et Usher, K. (2021). Comprendre l'éco-anxiété : une revue systématique de la littérature actuelle et des lacunes dans les connaissances identifiées. Le Journal du changement climatique et de la santé 100047. https://doi.org/10.1016/j.joclim.2021.100047

[2] Panu, P. (2020). Anxiété et crise écologique : une analyse de l'éco-anxiété et de l'anxiété climatique. Durabilité, 12 (19). https://doi.org/10.3390/su12197836

[3] Harrabin, R. (2021 septembre 14). Changement climatique : les jeunes très inquiets – Enquête. British Broadcasting Corporation. https://www.bbc.com/news/world-58549373

[4] Chen, CW et Gorski, PC (2015). Burnout chez les militants pour la justice sociale et les droits de l'homme : symptômes, causes et implications. Journal de pratique des droits de l'homme, 7(3), 366-390. https://doi.org/10.1093/jhuman/huv011

[5] Clayton, S. (2020). Anxiété climatique : réponses psychologiques au changement climatique. Journal des troubles anxieux, 74 102263. https://doi.org/10.1016/j.janxdis.2020.102263

[6] Kelly, A. (2017). Éco-anxiété à l'université : expériences étudiantes et perspectives académiques sur la culture de réponses émotionnelles saines à la crise climatique. Université du Colorado à Boulder. https://digitalcollections.sit.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://scholar.google.ca/&httpsredir=1&article=3665&context=isp_collection

[7] Baudon, P. et Jachens, L. (2021). Un examen de la portée des interventions pour le traitement de l'éco-anxiété. Journal international de recherche et de l'environnement de la santé publique, 18 (18). https://doi.org/10.3390/ijerph18189636

[8] Chomsky, N. (2002). Comprendre le pouvoir : l'indispensable Chomsky (PR Mitchell et J. Schoeffel, éd.). La nouvelle presse.

 

 

Continuer la lecture

En savoir plus

LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE AVEC VOTRE EMAIL