Archive pour la catégorie 'Actualités'

Plantez une graine de changement – ​​Défi de mai

Posté le : 30 avril 2021 by Protégez nos hivers Canada

Lorsque vous cultivez votre propre nourriture, vous réduisez considérablement la distance qu’elle doit parcourir pour arriver à votre table ! Vous évitez également les pratiques agricoles potentiellement destructrices pour l'environnement et comptez moins sur une industrie qui gaspille environ la moitié de toute la nourriture qu'elle produit. N'oubliez pas que le défi de ce mois-ci n'est pas de cultiver 100 % de tous les aliments que vous mangez, mais d'élargir un peu vos horizons et de grandir un peu plus qu'avant. Pour ceux qui n’ont jamais rien cultivé, c’est une seule plante. Pour ceux qui ont déjà un jardin, cela pourrait être une extension de ce que vous avez déjà ! Cultiver sa propre nourriture va de pair avec le compostage, et les deux peuvent être réalisés dans presque tous les espaces de vie ! C'est pourquoi les deux font partie du défi de mai.

Tout le monde devrait composter et voici pourquoi ! Tout d'abord, les déchets organiques compostables représentent environ 40 % des déchets d'un ménage canadien moyen. Si ces déchets sont compostés au lieu d'être enfouis dans une décharge, ils fourniront de nombreuses avantages. , certains notables incluent :

  1. Moins de matériaux à transporter vers les installations de gestion des déchets – une économie d'émissions ainsi qu'une économie de coûts pour les communautés. De plus, si tout le monde compostait, les décharges auraient environ 40 % d’espace en plus à utiliser !
  2. « Empêcher les matières compostables de se décomposer dans une décharge où elles libèrent de puissants gaz à effet de serre comme le méthane.
  3. Le sol est une ressource très précieuse (et diminuer), le compostage des déchets organiques produit essentiellement un sol riche et nutritif (idéal pour le jardinage !), tandis que leur mise en décharge les gaspille ou les contamine.

Pour ceux qui ne connaissent rien au compostage, cela peut sembler intimidant, mais n’ayez crainte ! Il est relativement facile de démarrer, nécessite très peu de travail après la configuration initiale et peut être réalisé dans presque tous les modes de vie – maison ou appartement, rural ou urbain ! Consultez ces guides pour savoir comment commencer :

  1. Compostage Guide par Eartheasy
  2. Le lombricompostage Guide par Rodale
  3. Compostage Bokashi Guide (Idéal pour les petits espaces/pas de cour !) 
  4. Compostage électrique - consultez le Lomé, et ces autres composteurs de comptoir Options

Consultez ces guides pour commencer à cultiver votre propre nourriture :

  1. Apartment Guide de culture (EN)
  2. grandir Sans cour
  3. Conseils de jardinage par la Fondation David Suzuki
  4. Faire pousser des pousses près de l'épicéa

Pour ceux d’entre vous qui n’ont tout simplement pas le temps de cultiver quelque chose par eux-mêmes, ne vous inquiétez pas ! Vous pouvez toujours vous procurer des légumes cultivés localement sur votre marché fermier local ou sous la forme d'un Agriculture soutenue par la communauté (CSA). Il s’agit essentiellement d’un partenariat entre l’agriculteur et le consommateur qui permet aux agriculteurs d’obtenir de l’argent tout en fournissant aux consommateurs une quantité prédéterminée de produits frais de la ferme. Généralement, vous devez le récupérer à la ferme, c'est donc également une excellente occasion pour vous de poser des questions et d'en apprendre un peu plus sur l'origine de votre nourriture et les pratiques utilisées ! Consultez le lien pour plus d'informations sur la façon de trouver les agriculteurs qui ont fourni des boîtes CSA, et si cela échoue, rendez-vous au marché fermier de votre local et interrogez certains des producteurs là-bas.

N'oubliez jamais que chaque action dans la bonne direction est un progrès, alors grow ensemble pour lutter contre le changement climatique ! Apportez-leur des légumes !

ANNEAU DE FEU

Posté le : 30 avril 2021 by Protégez nos hivers Canada

Comprenez ceci………..Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, fait avancer les plans d'un projet de ceinture minière dans le nord de l'Ontario appelé le Cercle de feu, qui, du point de vue des émissions, serait équivalent aux sables bitumineux de l'Alberta. Fou, non ?!?!!? Actuellement, la zone est couverte de tourbières qui est l'un des plus grands réfrigérateurs au monde. À l’échelle mondiale, les tourbières piègent 0.37 gigatonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an – stockant plus de carbone que tous les autres types de végétation dans le monde réunis ! Qui aime la tourbe ! Le problème est que lorsque les tourbières se réchauffent, elles libèrent le CO piégé.2 sous forme de méthane. Ce mégaprojet risque de convertir 35 milliards de tonnes d'énergie frigorifique, de CO2-stocker la tourbe dans un émetteur de gaz à effet de serre, crachant certaines des vapeurs les plus dangereuses : le méthane.

Nous garderons les yeux ouverts sur les opportunités de faire entendre la voix de POW auprès d’autres alliés. Actuellement, le ministre fédéral de l'Environnement, Jonathan Wilkinson, a accepté de mener une évaluation régionale sur le Cercle de feu prendre en compte les effets négatifs potentiels sur le changement climatique, les pêcheries et les espèces en voie de disparition, ainsi que la forte probabilité d'impacts sur les droits des peuples autochtones. Restez à l'écoute.

GRANDES MAUVAISES BANQUES

Posté le : 30 avril 2021 by Protégez nos hivers Canada

Dans le 5 ans depuis l'Accord de Paris, le monde 60 plus grandes banques ont financé les combustibles fossiles à hauteur de 3.8 billions de dollars et les cinq grandes banques du Canada (TD, RBC, BMO, Bank of Novia Scotia et CIBC) sont parmi les pires. Plutôt que de miser sur les combustibles fossiles et le chaos climatique, nous pensons que les grandes banques canadiennes devraient #BankOnNature. 

Nous mettons la touche finale à une campagne de financement et de désinvestissement MASSIVE qui sensibilisera et fournira des opportunités et des outils pour agir ! En attendant, écoutez ce podcast pour revoir les bases de la façon dont les banques utilisent VOTRE argent pour financer le changement climatique.

Podcast sur le désinvestissement

NOUS RECRUTONS (x2) : Directeur des partenariats stratégiques et Directeur de programme

Posté le : 5 avril 2021 by Protégez nos hivers Canada

Êtes-vous intéressé à transformer votre passion pour le plein air en action climatique ! Nous recrutons pour deux postes clés au sein de notre organisation en pleine croissance.

Directeur des partenariats stratégiques

Emplacement : À distance au Canada

DESCRIPTION DU RÔLE: Le directeur des partenariats stratégiques est responsable de cultiver, sécuriser, intégrer et mettre en œuvre des partenariats majeurs (10,000 XNUMX $ et plus) qui correspondent et renforcent notre mission et notre vision de transformer les amateurs de plein air en défenseurs efficaces du climat. De plus, le directeur des partenariats stratégiques soutiendra les campagnes et les activations menées par les partenaires (par exemple, les courriels, les événements sociaux, en personne et les collaborations sur les produits) qui tirent pleinement parti de la capacité des partenaires. Cette personne créera des stratégies pour les partenaires de marque existants et potentiels et travaillera en étroite collaboration avec le directeur exécutif et le directeur de programme pour faire progresser les prospects et les partenaires tout au long du continuum de dons afin d'atteindre les objectifs annuels en matière de finances, de marketing, de communication et de marque. 

Les principales responsabilités comprennent le soutien du plan stratégique de POW Canada, les résultats de l'équipe et l'identification des partenaires qui peuvent avoir un impact sur l'objectif de POW Canada d'atteindre ses objectifs liés aux solutions systémiques au changement climatique. Le directeur des partenariats stratégiques représentera l'organisation à tous les niveaux, tant à l'interne qu'à l'externe, auprès de prospects et de partenaires capables de soutenir la mission de POW Canada par le biais de contributions, d'un soutien en marketing/communication et de services/biens en nature. 

CLIQUEZ ICI POUR LA DESCRIPTION DU POSTE ET POUR POSTULER

Directeur des programmes, contrat de 12 mois (congé de paternité)

Emplacement : À distance au Canada

DESCRIPTION DU RÔLE: Le directeur de programme est chargé de développer et de proposer une programmation exceptionnelle qui correspond à notre mission et à notre vision de transformer les amateurs de plein air en défenseurs efficaces du climat. Le directeur de programme renforcera et améliorera les programmes existants tout en innovant de nouveaux programmes pour garantir un engagement et un impact maximum du public potentiel contribuant à la croissance et au succès global de notre mouvement.

Le directeur de programme aidera à développer les priorités de programmation de l'organisation, dirigera la planification et l'exécution globales des programmes, y compris les stratégies de communication, la formation et la gestion des relations, pour que tout reste sur la bonne voie.

CLIQUEZ ICI POUR LA DESCRIPTION DU POSTE ET POUR POSTULER

GRANDE VICTOIRE POUR LES POW ET LES ALLIÉS

Posté le : Avril 1st, 2021 by Protégez nos hivers Canada

Lorsque l'équipe de direction de notre section de Montréal a présenté pour la première fois l'idée de bâtir une campagne autour du projet de pipeline GNL, nous n'étions pas sûrs que ce soit un combat gagnable.

Les membres de POW Canada ont intensifié leurs efforts et ont utilisé notre outil Enthousiaste pour défendre une pétition à l'Assemblée nationale du Québec afin qu'elle mette fin au mégaprojet énergétique.

Le BAPE (Office d'examen environnemental du Québec) affirme que les avantages d'une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) de plusieurs milliards de dollars au Saguenay ne dépassent pas les coûts environnementaux et sociaux qui y sont associés. Le rapport poursuit en affirmant que le projet très polarisant de GNL Québec a recueilli la plus grande réponse de toutes les revues du BAPE, avec plus de 2,500 XNUMX mémoires présentés lors des audiences de l'année dernière. 

Nous attendons toujours le dernier mot du gouvernement provincial du Québec quant à la réalisation de ce projet, mais il suffit de dire qu'il n'y a pas d'acceptabilité sociale. Restez à l'écoute!

David Erb, directeur exécutif de POW Canada, déclare : « Cela démontre simplement que le pouvoir réside dans le nombre et que notre voix, lorsqu'elle est appliquée de manière stratégique et collective, peut avoir un impact réel sur l'action climatique ».

LIRE L'ARTICLE DE CBC

GAGNEZ LE PRIX DU CARBONE !

Posté le : Avril 1st, 2021 by Protégez nos hivers Canada

La semaine dernière, la Cour suprême du Canada a statué que le gouvernement fédéral avait le pouvoir légal de mettre en œuvre et de fixer un prix sur le carbone à l'échelle nationale – malgré les contestations judiciaires et l'opposition de l'Alberta, de la Saskatchewan et de l'Ontario. Nos amis de l’Institut pour l’IntelliProspérité ont convoqué quatre initiés politiques et un avocat pour en explorer les ramifications. ÉCOUTER LE PODCAST

Si vous êtes un peu inquiet de ce que le prix du carbone signifie pour votre portefeuille, utilisez cet outil astucieux pour calculer votre remise annuelle : CALCULATEUR DE REMISE DE LA TAXE CARBONE

QU'EN EST-IL DES CONSERVATEURS ?

Posté le : Avril 1st, 2021 by Protégez nos hivers Canada

Qu'il s'agisse de lancer une production de dessins animés pour enfants ou de voter contre l'ajout de « le changement climatique est réel » à son manuel politique, disons simplement que mars n'a pas été le meilleur mois pour le Parti conservateur du Canada.

La salle de guerre de Jason Kenney, financée par des fonds publics, a une nouvelle cible dans sa ligne de mire : un film d'animation pour enfants sur Bigfoot. Sorti en 2020, le moi incarne Bigfoot et son fils Adam protégeant une réserve faunique d'une compagnie pétrolière. « Laver le cerveau de nos enfants avec de la propagande anti-pétrole et gazière est tout simplement une erreur – et Netflix doit le savoir ! » revendique la salle de guerre (maintenant connue sous le nom de Centre canadien de l’énergie »). LIRE L'ARTICLE

Lors de son congrès politique annuel, les délégués du Parti conservateur du Canada ont rejeté les politiques favorables à l'environnement, y compris le libellé reconnaissant que « le changement climatique est réel » et soutenant « l'innovation dans les technologies vertes » afin que le Canada puisse devenir « un leader de classe mondiale » dans un industrie émergente LIRE L'ARTICLE.

Le problème du plastique – Défi de 12 mois

Posté le : 29 mars 2021 by Protégez nos hivers Canada

L’utilisation et les déchets de plastique constituent un problème imminent pour les humains, la planète et le changement climatique. Les plastiques sont incroyablement utiles, mais ont un coût environnemental élevé ; ils endommagent et contaminent les chaînes alimentaires et mettent très longtemps à se décomposer dans la nature. L’empreinte carbone de l’industrie du plastique, et des plastiques en général, est énorme. Presque chaque morceau de plastique existant aujourd’hui émet des gaz à effet de serre (GES) à chaque étape de sa production et de son utilisation. 

En 2019, près d’une gigatonne de gaz à effet de serre ont été émises en raison de la production et de l’utilisation du plastique. D’ici 2050, à moins que notre trajectoire actuelle ne change, les plastiques devraient produire jusqu’à 2.8 gigatonnes d’émissions de gaz à effet de serre par an. Pour mettre cela en perspective, si la production de plastique se poursuit sans relâche et continue de croître, la production de plastique à elle seule représentera 13 % de notre budget carbone total restant (et en diminution rapide) d’ici 2050.

Environ 40 % de tous les déchets plastiques proviennent uniquement des emballages. Sur ce total, 20.6 % sont recyclés, 20.6 % sont incinérés, 31 % finissent en décharge et 27.8 % ne sont pas gérés. Non seulement l’incinération libère une quantité importante de dioxyde de carbone (CO2), mais elle libère également des produits chimiques dangereux dans l’environnement. À mesure que les plastiques mis en décharge se décomposent, ils peuvent être emportés dans l’atmosphère par les vents ou lessivés dans le sol ou les réserves d’eau souterraines, les contaminant par les microplastiques et les métaux lourds présents dans les plastiques. Le plastique qui pénètre dans l'océan continue de libérer des gaz à effet de serre, notamment du méthane, à la surface de l'océan. Les estimations actuelles de ces rejets de GES ne représentent que 1 % du plastique présent dans les océans, mais à l’heure actuelle, il manque encore d’informations et d’études pour connaître la quantité exacte. Non seulement le plastique présent dans les océans libère continuellement des gaz à effet de serre, mais il menace également des écosystèmes océaniques et des chaînes alimentaires entières par une contamination microplastique, affectant directement la capacité des océans à stocker le carbone. C'est extrêmement préoccupant car l'océan est notre plus grand puits de carbone et il a contenu 20 à 40 % de toutes les émissions de carbone depuis les années 1850. Tout changement négatif dans sa capacité à stocker le carbone est pour le moins inquiétant.

Le recyclage a longtemps été présenté comme la solution à la gestion des déchets plastiques. Malheureusement, ce n’est tout simplement pas le cas pour le moment et ce ne sera probablement jamais une solution complète. Le recyclage du plastique nécessite de nombreuses étapes ; de la collecte et du transport à la transformation et à la refabrication, le coût monétaire et environnemental du recyclage est élevé. Associés aux coûts relativement bon marché des matières plastiques vierges produites en quantités toujours croissantes, les processus de recyclage sont rarement rentables et nécessitent même des subventions gouvernementales importantes pour exister. En raison de ces limitations, seulement 9 % des TOUTE les plastiques mis au rebut ont été recyclés, le reste a été brûlé, enterré ou dispersé à travers notre planète, contaminant notre atmosphère, nos voies navigables, nos biomes et nos océans. Bien que le recyclage du plastique présente un grand potentiel pour atténuer la pollution plastique et réduire les émissions de GES, il est loin de résoudre le problème. Donc, jusqu’à ce que nous puissions recycler tous les déchets plastiques que nous produisons, nous devons faire autre chose.

La chose la plus directe qu’un individu puisse faire face au problème du plastique est de pratiquer un consumérisme éthique ; Intégrez des questions sur les emballages en plastique et le contenu en plastique lorsque vous réfléchissez à ce qu'il faut acheter. Ces déchets plastiques valent-ils l’usage que je retire de cet article ? Existe-t-il des alternatives aux objets en plastique à usage unique que j’utilise ? Le plastique de cet emballage est-il réellement recyclable, ou finira-t-il dans une décharge ou un incinérateur, ou pire dans les espaces naturels que j'aime ? 

C’est tout l’enjeu du mois d’avril. Refusez tout ce qui est en plastique et pour tout le reste, utilisez une alternative : une bouteille d'eau réutilisable, une paille en métal, une brosse à dents en bambou. Tout déchet ou plastique qui ne peut être refusé ou remplacé doit être recyclable, assurez-vous qu’il l’est et qu’il finisse dans une déchetterie !

____________________________________________________________________________

Pour lire le matériel source de cet article de blog ou pour en savoir plus sur le plastique et sa relation avec le changement climatique et la santé humaine, consultez ces rapports :

Plastique et climat : le coût caché d’une planète plastique

Plastique et santé : le coût caché d’une planète plastique

WTF GNL

Posté le : 24 février 2021 by Protégez nos hivers Canada

Une technologie archaïque ruinant un autre paysage vierge. C'est tout l'enjeu du projet GNL Québec qui comprendrait la construction d'un gazoduc de 750 km, d'une usine de liquéfaction de gaz et d'un terminal d'exportation de superméthane. Ce mégaprojet vise à exporter du gaz fossile (comment peut-on encore construire des pipelines de combustibles fossiles ???) de l'Ouest vers les marchés internationaux (Europe, Asie, etc.), en passant par l'Abitibi et le Témiscamingue, la Haute-Mauricie, le Lac-Saint-Laurent. -Jean, Saguenay, Fjord du Saguenay, Saint-Laurent ainsi que les communautés du Nord de l'Ontario.

Le tracé proposé traverse un territoire occupé par les Premiers Peuples et prévoit la construction d'un gazoduc de plus de 750 km pour transporter le gaz de l'Ouest canadien jusqu'à une usine de liquéfaction de gaz à Port Saguenay. Par ailleurs, des infrastructures de stockage et un port d'exportation seront également construits. Au total, au moins 300 super méthaniers (gaz naturel liquéfié) emprunteraient le fjord du Saguenay. Dans les prochaines semaines, le gouvernement du Québec réfléchira à son appui à ce projet. PSSST………nous préparons une campagne pour que « La Belle Province » reste belle. Restez à l'écoute.